Le lait autour du monde

Le lait autour du monde

Advertisement

Le saviez-vous ? 

Bien que l’Inde soit le premier producteur de lait, plus de la moitié de la production laitière en Inde est assurée par des petits fermiers possédant une ou deux vaches.
 
Brésil Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 
Tour du monde du lait : au Pays de la Samba !
Voir vidéo Tour du monde du lait : au Pays de la Samba !
     

Image

La production laitière au Brésil

 

Au Brésil, la production laitière est encore économiquement marginale par rapport aux grandes filières agro-exportatrices (soja, éthanol, sucre,.).

Géographiquement, la production est surtout concentrée dans quelques Etats plus propices, surtout à proximité des mégapoles. Ainsi, les 3 États du Sud-Est (Rio Grande, Santa Catarina, Parana), les 2 grands États du Sud (Sao Paulo et Minas Geiras) et l'État Intérieur de Goias font ¾ de la production brésilienne.

Au Brésil, deux types d'agriculture coexistent : une agriculture de type "industrielle" avec des domaines exploités par des managers utilisant une main d'œuvre bon marché ; et une agriculture "familiale" vivant en semi-autarcie, peu organisée et peu influente (80 % de l’élevage laitier). Deux ministères différents encadrent ces structures : le "Ministère de l'Agriculture" et le "Ministère du Développement rural".

L'aspect capitalisation sur pied reste essentiel dans les petites structures qui privilégient la conservation d'un grand nombre de veaux souvent nourris sous la mère, ce qui handicape la productivité laitière, à peine supérieure à 1000 L/VL. 



Voir nos dernières photos 

      

 

25 octobre 2009

Brésil !

 

Nous sommes maintenant au Brésil depuis 1 semaine. Nous sommes arrivés en pleine forme à Rio de Janeiro où le changement de climat (chaud et humide) et de paysage (vert et coloré) a été brutal par rapport à l'Afrique du Nord.

 

Nos vélos sont arrivés en parfait état et une matinée à suffit pour les remonter.

 

Nos compteurs dépassent maintenant les 3000 km. Nous roulons sur la route Rio-Santos le long de la Costa Verde. Les ports et les plages sont magnifiques ainsi que la flore bordant notre route.

 

Nous avons subi un petit souci mécanique sur le vélo de Martine, suite à un passage dans un nid de poule. la fourche s'est tordue nous obligeant a retirer les freins avant.

 

Mais depuis, grâce à un arrêt forcé (pluie « tropicale » assez violent) nous avons réussi à redresser le tout et à remonter les freins. Comme quoi une bonne pluie ne fait jamais de mal, même dans le Sud !

 

L'accueil des Brésiliens est super et nous échangeons avec eux en pratiquant un peu de Portugais, de Français, d'Espagnol et beaucoup de mime ! Dans tout les cas ils sont toujours là pour nous aider et avec le sourire !

 

Nous allons visiter nos premiers élevages laitiers avec M Henrique Costales Junqueira de la coopérative laitière Castrolanda au Sud ouest de Sao Paulo la semaine prochaine.

 

A bientôt !


Voir nos dernières photos

 

1er novembre 2009

 

Sur la route...

 

Pour atteindre notre premier rendez-vous nous avons suivi le conseil de notre guide Henrique.

 

Nous avons descendu la Costa Verde jusqu'à Sao Sebastiao pour ensuite prendre le bus direction Campinas. Ce trajet nous a ainsi permis d'éviter la mégalopole Sao Paulo. Nous sommes donc arrivés rapidement a Campinas, petite ville du Brésil de plus d'un million d'habitants.

 

Mais pendant le voyage, le dérailleur du vélo de Martine nous a quitté. Nous avons procédé a son remplacement et le vendeur-réparateur en a profité pour effectuer un check-up général de nos vélos. On a donc maintenant deux superbes locomotives !

 

Nos visites dans les exploitations sont très enrichissantes et nos hôtes extrêmement attachants et accueillants.
Nous descendons maintenant en direction de l'Uruguay.



Voir nos dernières photos 

     

 

5 novembre 2009

 

Rendez-vous dans une ferme brésilienne

 

Nous avons pu, grâce a l'aide la coopérative Colaso, visiter l'exploitation de M Tadeu William Leme Vieira à coté de Salto Pirapora.

 

Son exploitation compte 60 vaches laitières pour environ 45 hectares. Il s'agit d'une exploitation familiale traditionnelle de la région de Sorocaba ( Ouest de Soa Paulo) employant un ouvrier. Le troupeau est composé de vaches de race mixte Prim Holstein-Zebu.

 

Son système est basé sur le pâturage : L'herbe pousse toute l'année dans cette région. En hiver il est cependant nécessaire de compléter la ration avec de la canne à sucre.

 

Nous avons pu participer à la traite et échanger avec l'éleveur pour mieux comprendre son quotidien. Tadeu est demandeur de conseils techniques. Les associations, les coopératives et le gouvernement essayent de répondre à ces demandes. Le challenge est important. Mais les brésiliens gardent le sourire et surtout la motivation !



Voir nos dernières photos

     

 

8 novembre 2009

 

Dernières péripéties brésiliennes avant l'Uruguay

 

Aux alentours de Sorocaba, nous avons été conviés a la 1ère rencontre technique sur la production laitière de Salto de Pirapora. La production laitière y a été présentée comme une solution d'avenir en matière de revenus en opposition aux productions spéculatives habituelles du Brésil (Eucalyptus, Soja, Légumes...).

Des visites d'exploitations ont montré l'intérêt économique et technique du pâturage tournant. Les différentes présentations ont été réalisées par des éleveurs et des techniciens passionnés.


Nous avons ensuite continué notre route vers le sud en direction de Castrolanda. (colonie Hollandaise implanté depuis 1951). Henrique, responsable lait de la cooperative Castrolanda (fondée elle aussi en 1951) et Raquel (vétérinaire en stage) nous ont fait visiter une exploitation modèle gérée par 5 femmes.

Leur système d'exploitation semi intensif low cost est basé sur le pâturage, une mécanisation limitée au stricte minimum (un parc bâtiment réduit a un bloc traite et une table d'alimentation), un coût alimentaire maîtrisé et des vaches adaptées au système.


Nous avons quitté nos hôtes Henrique et Raquel avec émotion après le superbe accueil.


A Punta Grossa nous avons pu visiter l'école du fromage dans laquelle l'Etat du Parana investit pour soutenir le développement du secteur laitier.

Ensuite sur la Transbresilienne nous avons essuyé un violent orage. Heureusement un agriculteur nous a laissé nous abriter sous son hangar à pommes de terre, qui a subit quelques dégâts tout de même : Des plaques de fibrociment se sont envolées et le portail s'est arraché !

Nous sommes actuellement dans l'état du Rio Grande Do Sul et roulons maintenant vers L'Uruguay et l'Argentine que nous sommes impatients de découvrir.



Voir nos dernières photos      

 

 

 

 

      

 

  
       
 
< Précédent   Suivant >
Joomla Templates by Joomlashack